The Compassion Fatigue Solutions Blog

Appel aux Champions! Mettez votre zone de confort au défi

Par Alexandra Fortier, MSS, RSW

« Appel aux champions » est une série de blogues avec  le but de stimuler la conversation, de dépoussiérer vos projets et de donner vie à vos idées. Bref, l’intention est d’attiser votre enthousiasme et d’activer votre champion intérieur. 

fears

À tous les ans, j’avais l’habitude de faire une résolution du Nouvel An. A chaque fois j’essayais d’être créative et de me jouer un tour pour que je puisse enfin tenir ma résolution. Je suis devenue membre d’un centre sportif, car je croyais que si je payais un gros montant d’argent, je m’y rendrais… Non. Je suis alors devenue membre d’un studio de yoga. Je me suis dit qu’étant donné que ça allait me faire du bien, j’allais réussir à rester plus longtemps que tous les autres nouveaux membres du Nouvel An… Non. J’ai ensuite voulu me mettre à peindre. J’ai acheté tout le matériel nécessaire… eh bien, je pense que vous avez deviné ce qui s’est produit par la suite.

C’est pourquoi, assez tôt, j’ai pensé : « À quoi ça sert! Pourquoi est-ce que je m’entête à prendre de nouvelles résolutions année après année? Je ne les garde jamais. Plutôt, je me sens coupable de ne jamais faire l’activité en question… » Allumée par une phrase qu’une de mes bonnes amies m’a dit : « La pire personne à qui tu peux mentir, c’est à toi-même ». J’ai donc décidé d’arrêter de prendre des résolutions à partir de ce moment. Je me sentais pleine de confiance. J’étais fière de répondre aux gens (lorsqu’on me le demandait) que je n’avais pas de résolution. Je brisais le moule!

Maintenant, avançons plusieurs années dans le temps. C’est alors que j’ai eu un moment « euréka». Lorsque j’ai participé aux formations Walking the Walk et Train the Trainer avec Françoise Mathieu, elle m’a demandé si je voulais me joindre à son équipe d’associées, afin d’offrir des ateliers. J’étais très flattée, mais totalement terrifiée. Je n’ai donc pas fait de suivi immédiatement après. Quelque temps plus tard, j’ai appris qu’une de mes collègues que j’estime énormément, était maintenant associée avec Françoise… J’ai été très surprise de constater qu’un sentiment de jalousie me traversait (car ce n’est pas une émotion que j’ai souvent). J’ai donc pris quelques instants pour me demander pourquoi je me sentais ainsi tout d’un coup. La vérité m’a frappée comme un coup de poing au ventre! Je voulais être associée, mais ce qui m’en empêchait était ma peur. C’est alors que j’ai décidé que je n’allais pas laisser le sentiment de peur gérer ma vie. J’ai donc appelé Françoise pour demander si elle souhaitait toujours que je fasse partie de son équipe… heureusement, elle a dit oui.

Avançons encore quelques années. J’ai eu à nouveau une nouvelle peur qui me frappait. Cette fois, Françoise m’a demandé si je voulais enregistrer des dvds en français pour la compagnie… J’ai accepté, mais j’étais immensément inconfortable à l’idée de faire des vidéos. C’est là que c’est arrivé! J’ai eu mon véritable moment « Ah ha ». J’ai enfin réalisé que je paralyse lorsque je suis face à des choses qui sortent de ma zone de confort, mais que si j’essaie ces mêmes « choses », je suis habituellement abasourdie par les résultats et de la manière incroyable dont je me sens par la suite. Alors… je ne prends plus de résolution du Nouvel An, parce qu’ils ne font aucun sens pour moi. Cependant, avec ma réalisation : « Si ça me fait peur et que cela sort de ma zone de confort, je dois le faire », j’ai maintenant une devise pour ma vie. Le défi que je vous propose donc : Si la peur vous empêche de faire quelque chose, prenez une grande respiration, puis essayez. Vous allez être surpris de constater tout ce que vous pouvez accomplir lorsque vous n’êtes pas en train de mettre les freins!

Calling all Champions! The Comfort Zone Challenge

by Alexandra Fortier, MSS, RSW

“Calling all champions” is a new column this Fall, whose aim is to stimulate conversations, get “shelved” projects started and to make your ideas happen. Basically, the intent is to get your fire started and to get your inner champion moving!  

fears

Every year, I used to make a New Year’s resolution. Each time I tried to be creative and trick myself into actually keeping my resolution for the year. I enrolled in a gym membership, because I thought that if I paid enough money, I would go… Wrong. Then I enrolled in a Yoga membership. I figured that, since it was good for me, I would stick it out longer that all of the other New Year resolution newbies… Wrong. I wanted to start painting and bought the necessary material… well I think you get my pattern by now.

So early on, I thought to myself: “Who am I kidding! Why am I making a New Year’s resolution? I never keep them, and I keep making myself feel guilty that I’m not doing the said activity…” Fuelled by a sentence that a very good friend of mine told me: “The worst person you can lie to, is yourself”, I decided to quit resolution-making cold turkey.

I felt empowered. I was proud to answer, when asked, that I didn’t have a resolution. I was breaking the mold!

Now, fast-forwarding many years later. That’s when I had an “Ah ha” moment. After taking the Walking the Walk and Train the Trainer workshops with Françoise Mathieu, she asked if I wanted to join her team of Associates, to offer workshops. I was flattered but terrified. So I didn’t follow-up immediately.

Some time afterwards, I had learned that one of my esteemed colleagues was now an Associate with Françoise… I was very surprised when my green-eyed monster appeared – aka jealousy (he makes very rare appearances). I took a few moments to ask myself why I felt this way all of a sudden. And the truth hit me like an upper cut and a jab! I wanted to be an Associate, but what was holding me back was the fact that I was scared. I decided that I wouldn’t let fear get in the way of my life. So I called Françoise and asked if she was still interested in having me as an Associate… thankfully, she was.

Fast forward again a few years and I had another fear hit me in the gut. This time, Françoise asked me if I wanted to film some French dvds for the company… I agreed, but I felt really anxious about it. Then it happened! My true “Ah ha” moment. I realized that I freeze when I am confronted with things that are out of my comfort zone. However, if I try the “thing” in question, I’m usually astounded by the results and most importantly, how amazing I feel afterwards.

So… I don’t make New Year’s resolutions, because they make no sense for me. However, armed with my realization: “If it’s scary and out of my comfort zone, I have to do it.” I now have a life motto.

My challenge to you: If fear is holding you back, take a deep breath and try. You’ll be amazed at what you can accomplish when you’re not stopping yourself!

 

When slow is the only way to go

turtle

I recently had elective hip surgery – it was a long-awaited repair to a torn ligament for something that is often called an “athletic injury”. This term is perhaps overly flattering , frankly, for someone like me who has never been more than a mediocre athlete – better that than an “ageing injury” I guess! This operation will hopefully mean that after 2.5 years of not being able to run or cross-country ski or do many of my favourite things, I may soon be able to get back to vigorous exercise.  This rather prolonged hiatus has been challenging for me – not a terrible, life-altering, drama-filled ordeal – I am well aware of the immense privilege I have to be healthy and otherwise able to move and live my life, but it did mean that I lost, for several years, access to my favourite stress relief activities. There is nothing like being outside on a crisp sunny winter day on a cross-country ski trail. I miss that badly. Or being able to go for a nice long run to clear my head when there is too much on my plate.

Anyhow, now I’m in recovery. The challenge of recuperating from hip surgery is that you can’t move really fast – you have to take your time, walk a few steps when you feel able to, stop when you don’t and, in the first few weeks, you have to spend a lot of time lying flat on your back with some well-positioned ice packs, to let your body recover from the surgery and to allow the hip to heal. You also need to learn to ask for help and allow others to do things for you.

For some people, this sounds pretty idyllic, right? Lie on the couch all day while you are being served? Well, for me, it is very difficult.

My lovely sister-in-law came to help for the first few days after the operation and we had a great time sitting in my living room, chatting, doing our Christmas shopping online and putting the world to rights. But, once she left and I started emerging from the post-operative haze, I was forced to face the reality that my speed was going to be severely curtailed.

I do most things fast – I act quickly, I move fast, I think fast, I talk fast. Ask anyone who knows me – I tend to like having several things on the go at once. I never run just one errand, I usually strike four things off my list every time I head out the door.  And now, all of a sudden, I have become a turtle, someone who has to take a nap after going out to buy a pair of socks.  “Now you can be like the rest of us humans!” said a good friend of mine, which was perhaps a slight exaggeration about my normal speedy state and also very cute and frankly a little bit true. Maybe I do too much because I can. Because that’s how I like life to go.

So, does this mean that I have learned a deep lesson about slowing down that will stay with me forever, even when I am back to full mobility? I can’t promise that. But it has taught me a few things: not to take my health for granted, that maybe pushing myself to get 15 things off my to do list every day isn’t such a great long term plan as I age, and that I have control issues about letting other people do things for me.

Having a bit more down time has allowed me to rest, to pour over some great cookbooks I hadn’t had time to explore (the new Moosewood cookbook is absolutely fantastic, btw), visit with friends I usually am too busy to see, and drink tea on the couch. Maybe going slow(er) is ok after all.

 

 

 

 

The Smile Challenge

by Alexandra Fortier, MSS, RSW

“Calling all champions” is a column with the aim to stimulate conversations, get “shelved” projects started and to make your ideas happen. I hope to help stimulate you and bring out your healthy competitive side to make things happen!

Care4You-06042014-025

Last June’s “Care4You” conference in Kingston, Ontario was jam-packed with amazing speakers that were thought provoking, inspiring and even entertaining! You left with a multitude of tools and ideas that left you refilled with energy and enthusiasm and made you want to better your situation. I was no different.

On the second day of the conference, we started out with a workshop on the benefits of laughter yoga. Even though I give everyone a chance to surprise me, and I keep an open mind about new ideas and methods, I have to admit that I was a bit reluctant about this particular theme… But how surprised I was about the turn of event!

At the start of the workshop, (almost) everyone was struggling to stay awake and was closely attached to their coffee mug. However, the very engaging and knowledgeable speaker Sylvie Dagenais-Douville had us do a multitude of exercises that were a build up to the very end, where absolutely everybody was up and dancing, laughing and enjoying themselves. The energy in the room was electric!

Energized with an amazing idea I particularly liked in that workshop, I was itching to try it out with my kids. I had my chance fast enough.

Here is the idea inspired by the laughter yoga session: if you smile for 30 seconds straight (whether you feel like it or not), you can’t stop smiling afterwards. You actually need to make a conscious effort to frown to stop smiling!

So, a few days later, my kids were involved in a huge and loud argument. I asked them to come see me. They each wanted to start explaining how unfair the other sibling was. But I said: “Before you start explaining what’s going on and why you two are fighting, we need to smile for 30 seconds first”. I got a lot of resistance and arguments… I simply said: “humour me”. Still resistance. I said: “Ok, I get it, but if we don’t do 30 seconds now, we’ll do a minute then”. They reluctantly agreed to humour me for no more than 30 seconds (they were NOT pleased about this and they did NOT want to smile… but they did).

After those 30 seconds, they couldn’t wait to stop smiling, but found that they couldn’t stop. I hurried and asked what was their argument about. They started explaining, but because they were smiling, they were explaining the situation calmly and quickly laughed at how ridiculous their fight actually was. I didn’t need to intervene as a referee (like it’s often the case). They quickly found a win-win solution and went on playing calmly. I was utterly shocked at how well my experiment went!

So my challenge to you this week is very simple: I dare you to smile for 30 seconds straight!

 

 

 

Le défi du sourire

Par Alexandra Fortier, MSS, RSW

« Appel aux champions » est une série de blogues avec  le but de stimuler la conversation, de dépoussiérer vos projets et de donner vie à vos idées. Bref, l’intention est d’attiser votre enthousiasme et d’activer votre champion intérieur. Cette série présente de nouveaux thèmes tous les mois. J’espère que cela va vous motiver et va faire ressortir votre petit côté compétitif afin de vous aider à faire bouger les choses.

Care4You-06042014-007

Cette année, en juin, la conférence « Care4you » qui se tient à Kingston, Ontario, fut remplie de conférenciers qui stimulaient des idées, qui étaient inspirants et qui étaient fort divertissants! Vous repartiez avec une multitude d’idées et d’outils qui augmentaient votre niveau d’énergie et d’enthousiasme, afin d’améliorer votre situation. En tout cas, ce fut le cas pour moi.

Lors de la deuxième journée de la conférence, nous avons commencé par un atelier qui démontrait les bienfaits du yoga par le rire. Bien que je donne la chance aux gens et aux situations de me surprendre et que je tente de garder un esprit ouvert aux différentes expériences, je dois vous avouer que j’étais quelque peu sceptique… Quelle surprise qu’a été le dénouement de l’atelier!

Au début, les gens dans la salle étaient majoritairement épuisés et collés sur leur café du matin. Cependant, la conférencière Mme Sylvie Dagenais-Douville a su engager son auditoire avec une multitude d’activités. À la fin de sa présentation, la salle entière dansait et était en train de rire et de s’amuser. L’énergie dans la salle était électrique!

Motivée par une idée que j’ai particulièrement aimée de cet atelier, j’avais très hâte de l’essayer avec mes enfants. J’ai rapidement eu ma chance.

Voici le concept : si tu souris pendant 30 secondes consécutives (que ça te le dise ou non), après cette courte période de temps, tu ne peux pas arrêter de sourire. Il faudrait faire un effort délibéré et faire la « baboune » pour arrêter de sourire.

Quelques jours plus tard, mes enfants étaient en train d’avoir une dispute verbale très animée. Je leur ai demandé de venir me voir. Ils ont vite essayé de parler plus fort que l’autre pour me dire à quel point l’autre était épouvantable et injuste. J’ai dit : « Avant de commencer à m’expliquer ce qu’il se passe, on va d’abord sourire ensemble pour 30 secondes ». Bien entendu, j’ai eu beaucoup de résistance et d’obstinations… je leur ai dit : « allez, pour moi ». Encore de la résistance. « OK… je comprends, ça ne vous tente pas, mais si on ne fait pas 30 secondes, ça va être 1 minute ». Ils ont accepté à contrecœur pour moi, mais ils m’ont bien averti : « Pas plus que 30 secondes » (ils n’étaient PAS contents et ils ne voulaient PAS sourire… mais ils l’ont fait).

Une fois que les 30 secondes furent finies, ils avaient hâte d’arrêter de sourire, mais ils se sont vite rendus compte qu’ils en étaient incapables. Je me suis alors dépêché de leur demander quel était le conflit. Ils ont commencé à expliquer, mais puisqu’ils étaient en train de sourire, ils ont décrit la situation calmement et ils se sont vite aperçus à quel point le conflit était ridicule. Je n’ai même pas eu besoin de jouer à l’arbitre pour régler la situation (ce que je fais d’habitude). Ils ont pu trouver une solution à la situation et ils ont joué calmement par la suite. J’ai été complètement abasourdie du succès de mon expérience!

Donc, mon défi pour vous ce mois-ci est très simple: je vous mets au défi de sourire pendant 30 secondes consécutives!

 

 

 

 

 

Le stress traumatique secondaire et la fusillade d’Ottawa

Le stress traumatique secondaire et la fusillade d’Ottawa : Qu’arrive-t-il après notre retour à la vie de tous les jours?

Ottawa war memorial

Click here to read in English

Plusieurs personnes ont été directement touchées par les évènements d’Ottawa la semaine dernière – les plus bouleversés, bien entendu, étaient la famille de la victime, les proches du tireur, les bons samaritains qui se sont précipités au secours du caporal Nathan Cirillo, le personnel médical d’urgence et les policiers qui ont agi sur la scène du crime, tous les individus à l’intérieur du Parlement qui ont été témoins de l’affrontement armé, ainsi que tous les autres qui se trouvaient sur la Colline : ceux qui ont passé des heures en confinement, les touristes et passants qui ont assisté à l’attaque, les médias et un tas d’autres gens que j’oublie probablement. Certains de ces individus ont été directement exposés à un traumatisme, alors que d’autres ont expérimenté une forme plus indirecte d’exposition traumatique.

En s’éloignant de l’épicentre de la tragédie, on peut établir une liste d’autres individus qui ont été profondément bouleversés par la fusillade – des citoyens d’Ottawa, des Canadiens qui l’ont regardée aux nouvelles, et bien sûr la communauté globale. Ces gens n’ont pas été en contact direct au traumatisme, mais ont potentiellement secondairement été traumatisés tout de même : si vous avez regardé une partie des séquences non censurées diffusées sur les écrans télévisés à peine quelques minutes après la fusillade, vous aurez peut-être remarqué des images assez graphiques et troublantes centrées sur la victime. J’ai remarqué qu’alors que la journée avançait, la séquence montrée en boucle était altérée afin de masquer quelques-uns des éléments les plus perturbants de la scène. (Vous ne l’aurez peut-être pas remarqué, mais il y a que je dispose d’un radar pour l’exposition traumatique dans la sphère publique et la manière dont elle est faite. Appelons ça ma propre mission et obsession personnelle.) Cependant, avec Youtube et des douzaines de passants capables de filmer la scène avec leurs téléphones intelligents, il ne sera pas difficile de trouver des images non censurées quelque part sur le net, en cherchant bien. Je ne suis pas certaine de pourquoi la presse a décidé d’arrêter de montrer les détails les plus graphiques – était-ce par respect pour la famille de la victime ? Une décision pour épargner les téléspectateurs ? Peut-être un peu des deux, et c’est là une bonne chose. Dommage que cela n’arrive pas plus souvent.

Heureusement, notre degré de compréhension du stress traumatique s’est considérablement amélioré au cours de la dernière décennie – la plupart des gens sont maintenant familiers avec le concept du Trouble du Stress Post Traumatique (TSPT) et n’ont pas de difficulté à comprendre que ceux qui se trouvaient au centre d’évènements comme la fusillade d’Ottawa puissent être considérablement affectés durant les semaines et peut-être même les mois à venir. Nous savons aussi que certaines personnes sont plus vulnérables aux facteurs traumatiques de stress et peuvent développer de la détresse psychologique à la suite d’un tel événement : l’intensité de la réaction d’une personne est déterminée par l’existence chez elle d’un passé traumatique, d’un passé de troubles  psychologiques ou de dépendance, par la personnalité de l’individu et ses modes d’adaptation, par sa recherche de soutien adéquat après l’événement traumatique, par la qualité du support offert par son groupe social et par plusieurs autres facteurs.

Une chose est claire – lorsqu’on vit un événement traumatique, beaucoup ressentent un fort besoin d’en parler avec les autres. C’est une très bonne chose. Parlez, écrivez, partagez avec vos proches, avec vos collègues de travail et vos amis. Ce besoin de se rapprocher et de raconter son histoire peut aussi arriver lors d’événements intensément heureux – parlez à une nouvelle mère de son histoire d’accouchement quelques heures ou quelques jours après la naissance, et elle vous racontera minute par minute chaque cube de glace qu’elle a mâché et à combien de centimètres de dilatation elle était. Parlez-lui en un an plus tard, et elle vous racontera, en bref, que « ça faisait horriblement mal et que ça a duré 26 heures », et, à moins que ç’ait été un accouchement très traumatisant, elle ne ressentira plus le besoin de partager minute par minute un rapport de ce qui est arrivé. C’est tout à fait normal. Avec des événements traumatisants impliquant un acte criminel, le besoin de partager le traumatisme expérimenté peut être plus fort. Un « acte de Dieu » est très différent de la décision délibérée d’un individu de faire du mal à d’autres, même si l’auteur du crime est profondément troublé psychologiquement. Alors parlons-en, absolument.

Cependant, on devrait prendre soin de partager ce qui est nécessaire plutôt que « tous les détails sanglants » à moins que ceux-ci soient tout à fait centraux à notre expérience. Après les événements du 11 septembre 2001, le Globe and Mail (ainsi que plusieurs autre médias) a partagé des photos incroyablement graphiques que je ne serai jamais à même de retirer de mon esprit – j’était traumatisée par ces images et ce n’était pas nécessaire – je n’avais pas besoin de les voir pour être compatissante et profondément ébranlée par l’écroulement des tours jumelles. Quatorze ans plus tard, ces photos du 11-Septembre me hantent toujours lorsqu’il est question du World Trade Centre. Il en est de même pour le procès Bernardo, quelque vingt ans plus tard.

Alors que les événements d’Ottawa s’estompent, certains d’entre vous resteront peut-être très ébranlés et très affectés par les sons, images et émotions en lien avec la fusillade. Si, dans plusieurs semaines, vous êtes plus chamboulés que vous ne le devriez – si vous êtes plus bouleversé(e) que vos collègues, si vous avez de la difficulté à dormir ou à vous concentrer sur autre chose, si vous expérimentez des images intrusives ou des cauchemars – allez chercher de l’aide. Prenons soin les uns des autres.

Quelques ressources utiles : 

Association Canadienne pour la santé mentale:

Obtenir de l’aide 

Le trouble de stress post traumatique

 

Photo: Michel Loiselle 

©Françoise Mathieu 2014      www.compassionfatigue.ca

Secondary Traumatic Stress and the Ottawa Shooting

Ottawa war memorial

Cliquez ici pour lire l’article en francais

Many people were directly impacted by the events in Ottawa last week – most affected, of course, was the victim’s family, the perpetrator’s loved ones, the good samaritans who rushed to Cpl Nathan Cirillo’s help, the paramedics and police officers who responded to the scene, all of the individuals inside the Parliament building who witnessed the gun fight, and everyone else who was on the Hill: those who spent hours in lockdown, the tourists and passersby who witnessed the attack, the media and a whole host of other people I am probably forgetting. Some of these individuals were directly exposed to a trauma while others experienced a more indirect form of traumatic exposure.

As one moves away from the epicentre of the tragedy, we can list millions of other individuals who were deeply affected by the shooting – Ottawa citizens, Canadian viewers who watched it on the news and of course the global community.  These folks were not exposed to direct trauma, but were potentially secondarily traumatized all the same: If you watched some of the raw media footage which was shown on our TV screens minutes after the shooting, you may have noticed some very graphic, rather disturbing images centered around the victim. I noticed that as the day progressed, while the footage was being shown in a continuous loop, it was slightly altered to mask some of the more disturbing elements of the scene.  (You may not have noticed that, but I have a homing device for trauma exposure in the public sphere and how it’s done, call it my own personal mission and obsession). However, with YouTube, and dozens of passersby able to film the scene with their smart phones, it won’t be hard to see that raw footage somewhere on the net, if one looks hard enough. I am not sure why the media outlets decided to stop showing the more graphic details – was it out of respect for the victim’s family? A decision to spare the viewers? Maybe a bit of both, and that’s a good thing. Too bad it doesn’t happen more often.

Thankfully, our degree of understanding of traumatic stress has significantly improved over the past decade – most people are now fairly familiar with the concept of Post Traumatic Stress Disorder (PTSD) and have no difficulty understanding that those at the centre of a tragic event like the Ottawa shooting might be significantly affected for weeks and perhaps months to come. We also know that some individuals are more vulnerable to traumatic stressors and may develop more significant psychological distress as a result of this event: the severity of the reaction is determined by a prior trauma history, a history of mental illness or addiction, a person’s personality and coping styles, whether or not they were able to seek good quality debriefing afterwards, the quality of their social supports and several other factors.

One thing is clear – when we experience a traumatic event, many of us have a strong need to talk about it with others. This is a very good thing. Talk, write, share with your loved ones, with your work colleagues and your friends. This urge to connect and tell our story can also happen to us during very intense happy events – talk to any new mother about her birth story hours or days after the delivery, and she will give you the play-by-play of each cube of ice she chewed on and what centimetres of dilation she was at. Talk to her again a year later, and she will likely tell you, in a nutshell, that “it hurt like hell and took 26 hours” but unless it was a very traumatic birth, she will no longer need to share minute by minute account of what happened. This is completely normal. With traumatic events that involve a criminal act, the need to share and the trauma experienced may be more potent. An “act of God” is very different from one human being’s deliberate decision to cause harm to others, even if the perpetrator is deeply psychologically troubled. So let’s talk about it, absolutely.

However, we should take care to share what is necessary vs “all the gory details” unless those are extremely central to our experience. After 9/11, the Globe and Mail (and many other news outlets) shared some incredibly graphic photos that I will never be able to remove from my mind – I was quite traumatized by those images,  and there were not necessary – I did not need to view these to be compassionate and profoundly distressed by the collapse of the Twin Towers. Fourteen years later, those photos of 9/11 still haunt me whenever I hear mention of the World Trade Centre. The same is true for the Bernardo trial, some 20 years later. Click here to read more about “Low Impact Debriefing”

As the events in Ottawa recede, some of you may remain greatly shaken and very affected by the sounds, images and emotions surrounding the shooting. If, a few weeks from now, you feel that you are more distressed than you should be – maybe you are more upset than your colleagues, are having difficulty sleeping or focusing on other things, perhaps you are experiencing intrusive images or nightmares – please seek some support. Let’s take good care of one another.

Helpful Resources: 

Canadian Mental Health Association: Getting Help

CMHA Website on PTSD

© Françoise Mathieu 2014

Photo credits: Michel Loiselle 

Resolving Family Caregiver Conflict

In the Fall issue of the Family Caregiver News Magazine: our very own Meaghan Welfare on “Resolving Family Caregiver Conflict”

family caregiver fall

Click here to download and read this article.

 

 

 

 

Calling all Champions: Delete!

by Alexandra Fortier, MSS, RSW

“Calling all champions” is a new column this Fall, whose aim is to stimulate conversations, get “shelved” projects started and to make your ideas happen. Basically, the intent is to get your fire started and to get your inner champion moving!  This is the second article in the “Calling all Champions” series.

eraser

My kids and I have a weird thing where they ask me: “Who’s the best mom in the world?”… and they always hope that I’ll answer: “It’s me”. But I can’t… not because I don’t feel like I’m a good mom, but because I truly believe that my mother is the best mother in the world! Let me explain why I feel like this.

Among many qualities my mom has  - she doesn’t sweat the small stuff; she loves unconditionally; she’s the most flexible person there is… and that’s just to name a few, she taught me one of the most important life skills I have to date, and she didn’t even mean to do it.

When I was around 14 years old, I was very self-deprecating. I would constantly say things like: “I know, I’m irrelevant”. Until one day, my mom very calmly told me to not just to stop talking about myself in that way, she told me to erase it! At first, I didn’t quite get it, but every time I would say something negative about myself, there she was, saying: “Say DELETE”. To humour her, I would say, “delete” out loud (with a bit of an eye roll for good measure). Her idea behind this was, if you say something about yourself enough, you’ll end up believing it. Funny thing is that after a while, I didn’t need my mom to remind me to “delete”. I would catch myself saying negative things about myself and would instantly say, “delete”. It got to a point where I was even erasing negative thoughts… I was now mentally saying, “delete”.

Why is this important you might ask? Well it’s quite simple – my mom’s intuition was right. If you register that you are a certain way, it will become the perception that you have of yourself, and that’s how you’ll act. You will then be the number one person who will be limiting you to achieve your dreams.

Imagine this if you will: In your brain, you have a tape recorder (I know, very vintage) and it’s highly sensitive to negative talk (your own or others). Once the tape is full, your brain will replay it over and over again. You then become the #1 person that gives you negative talk (even if the initial message came from someone else). But what’s great about vintage technology is that you can press stop on the tape and re-record a new message on it.

So my challenge to you this month is to listen to what your tape is telling you: Is it positive? Great! Pass the positivity around! Is it negative? Great! You’ve achieved the first step already, recognizing what, when and how many times you are speaking negatively about yourself. Now is the time to press the stop button. How? Say, “delete”. Once it’s become second nature, consider the situation and try to replace your negative thought with a realistic one. For example, you overcooked your dinner and you instantly say something depreciative of yourself – DELETE – Now re-record something realistic like, WOW I must be distracted to have overcooked the pasta. By doing so, you’re creating a new mixed tape!

What’s great about “delete” is that it’s a life skill – it’s surprising to see how it can be used everyday. I still use it for myself, it keeps me in check, and I’ve now passed this knowledge along to my kids.

So, what do you think? Are you ready to hit “Delete”?

 

Appel aux champions – Annulez!

Par Alexandra Fortier, MSS, RSW

« Appel aux champions » est une nouvelle série de blogues cet automne avec  le but de stimuler la conversation, de dépoussiérer vos projets et de donner vie à vos idées. Bref, l’intention est d’attiser votre enthousiasme et d’activer votre champion intérieur. Cette série présentera de nouveaux thèmes tous les mois. J’espère que cela va vous motiver et va faire ressortir votre petit côté compétitif afin de vous aider à faire bouger les choses.

eraser

Mes enfants et moi avons une drôle de routine où ils me demandent : « Qui est la meilleure mère sur la terre? »… Ils espèrent toujours que je vais leur répondre : « Moi ». Mais je ne peux pas… non pas parce que je crois le contraire, mais c’est parce que je crois sincèrement que ma mère est la meilleure mère sur la terre. Laissez-moi vous expliquer pourquoi.

Parmi les nombreuses qualités de ma mère (elle lâche prise sur les petits détails de la vie; elle aime inconditionnellement; elle est la personne la plus flexible qui soit… et ce n’est que quelques-unes de ses qualités), elle m’a enseigné la plus importante compétence de vie que j’aie jusqu’à présent, et ce ne fut pas fait intentionnellement!

Lorsque j’avais environ 14 ans, je me dépréciais énormément. Je disais constamment des choses comme : « Je sais, je n’ai pas rapport ». Jusqu’au jour où ma mère m’a dit, très calmement, d’arrêter de me qualifier de la sorte, et surtout elle m’a dit d’annuler! Au début, je ne comprenais pas ce qu’elle voulait dire au juste , mais chaque fois que je disais quelque chose de négatif à mon sujet, elle me disait : « dit: ANNULE ». Pour lui faire plaisir, je disais : « J’annule » à voix haute (tout en roulant les yeux, un peu, quand même). Sa réflexion était très simple – si tu te répètes des choses négatives à ton égard assez de fois, après un certain temps, tu finis par le croire. Ce qui est surprenant c’est qu’après un certain temps, je n’avais plus besoin de ma mère pour me souvenir de dire « annule ». J’étais maintenant en mesure de me surprendre en train de dire des choses négatives à mon sujet et par automatisme, j’annulais. À un point tel où j’annulais même des pensées négatives… je me disais mentalement : « J’annule ».

C’est bien simple – l’intuition de ma mère était juste. Si vous enregistrez une certaine manière d’être, cela va devenir la perception que vous avez de vous même et vous allez commencer à agir en conséquence. Vous allez ainsi devenir la personne qui va vous limiter le plus dans l’accomplissement de vos rêves.

Prenez quelques instants et visualisez ceci: Dans votre cerveau se trouve un radiocassette (je sais, c’est très rétro) et il est extrêmement sensible aux commentaires négatifs (que cela vienne de vous ou des autres). Lorsque la cassette est pleine, votre cerveau va la refaire jouer encore et encore. C’est ainsi que vous devenez la personne nº 1 qui vous parle négativement (ce, même si le message initialement vient de quelqu’un d’autre). Ce qui est extraordinaire avec une technologie archaïque c’est que vous pouvez peser sur stop et vous pouvez y enregistrer un nouveau message.

Alors, mon défi pour vous ce mois-ci est d’écouter ce que votre cassette vous dit.

Est-ce que le message est positif? Excellent! Partagez ce positivisme! Est-ce que le message est négatif? Excellent! Vous avez déjà accompli la première étape, soit de reconnaître quoi, quand et combien de fois vous avez des commentaires négatifs à votre égard. Maintenant est le temps d’appuyer sur le bouton stop. Comment? Dites: « J’annule ». Lorsque ceci deviendra un automatisme, considérez dans quelle situation vous êtes et essayez de remplacer votre pensée négative avec une pensée réaliste. Par exemple, vous avez trop fait cuire le souper et vous vous dites automatiquement quelque chose de négatif à votre sujet – ANNULE – maintenant, ré-enregistrez quelque chose de réaliste comme : WOW, j’étais dans la lune ce soir. En faisant ceci, vous vous enregistrez une nouvelle cassette!

Ce qui est extraordinaire avec « annule » c’est que c’est une compétence qui va vous durer pour la vie. C’est d’ailleurs surprenant de voir comment on s’en sert à tous les jours (eh oui, je m’en sers encore, et j’ai maintenant partagé cette stratégie avec mes enfants).

Alors, tous ensemble, on annule?