The Compassion Fatigue Solutions Blog

The Cost of Doing Nothing Calculator – Globe and Mail

The Globe and Mail has been featuring a “Your Life at Work” series this year. Here is a “Cost of Doing Nothing Calculator” where employers are invited to quantify the cost of not addressing these important issues:

Click here to access the Cost of Doing Nothing Calculator

CF/STS Resources and Bibliography

Please click here to download the CF/STS Resource kit which was compiled for the 2015 Psychotherapy Networker Symposium.

Slides Symposium to access the power point slides from the March 26, 2015

Calling All Champions: The Queen of Excuses

by Alexandra Fortier, MSW, RSW.

“Calling all champions” is a monthly column by Compassion Fatigue Solutions Associate Alexandra Fortier. The intent is to get your fire started and to get your inner champion moving.  We’d love to hear from you so please weigh in!

I’ve been working in the field of Children’s Mental Health for over 15 years now and I’ve occupied various roles. I’ve been frontline, middle management, senior management and now I’m a consultant. Each role brings great benefits and different challenges. To be able to create balance in my life, I’ve found one thing that really helps me get out of my head. Unfortunately, that one thing is… exercise… ugh.

Don’t get me wrong, being active is important and I used to love it. When I was in school, I played many different sports. I loved it. I saw friends and I had fun. Then I went to University and the excuses started: “I don’t have time to workout; I have to study for exams. I don’t have time to workout; I have to go to my part time job. I don’t have time to workout; it’s cold outside.” I think I became the world’s best queen of excuses.

When my excuses only affected me, I had the leisure of listening to the queen and sit comfortably on my sofa. However, I quickly learned how essential it was to get out of my head… even if it was just for me. Why? I was starting to develop unhealthy strategies to try and cope with the difficult stories I was hearing. The thing I quickly realized with these unhealthy coping strategies was that they not only had no positive impact, I actually felt worse afterwards.

So, I asked myself, what have I done in the past that has worked for me? Unfortunately, try as I may to avoid the obvious, it was clear what it was… exercise… ugh. I always feel so good afterwards and I achieve what I’m aiming for… getting out of my head.

Unfortunately, the queen did not want to give up her castle so easily. So I needed to trick her. The excuses to not exercise are infinite, so I needed to get creative. I had to put “triggers” in place to ensure that I wouldn’t let the queen win.

Pre-kids, I would exercise with friends. They were my “triggers” or motivators to get me out of my apartment. With kids… the queen had a whole new variety of excuses to keep me from working out: “I can’t, I don’t have a babysitter. I can’t, I’m too tired. I can’t, it’s too late/too early.”

I had to think outside the box. What I ended up finding were workouts you do online. This took out the “I can’t go out” excuse out of the queen’s repertoire. They are only 10-20 minutes each, 3 times a week, so it took out the “it takes too much time” excuse. But this still didn’t motivate me enough to start exercising, even if I knew intellectually what the benefits were. So I had to create a situation that would leave me no choice but to exercise.

So here is my personal trigger: I love having an evening bath. To get to my bath, I go through my bedroom. My trigger is, I work out in my room before my bath. So simple!

My challenge to you is to think about what makes you feel better and do more of this (daily, weekly or monthly). To help you succeed, think of how you can trick the queen (or king) of excuses by creating a trigger where you don’t have a choice but to do this activity.

Don’t forget, have fun in the process!!

Appel Aux Champions: La Reine des Excuses

Par Alexandra Fortier, MSW, RSW.

« Appel aux champions » est une série mensuelle écrite par notre associée Alexandra Fortier dans le but de stimuler la conversation et donner vie à vos idées. Bref, l’intention est d’attiser votre enthousiasme et d’activer votre champion intérieur. Nous aimerions connaître vos idées et opinions. Partagez vos réactions avec nous! »

Cela fait maintenant plus de 15 ans que j’œuvre dans le domaine de la santé mentale des enfants, des jeunes et des familles. J’ai été intervenante, cadre intermédiaire, cadre supérieure et je suis maintenant consultante. Chaque rôle que j’ai occupé avait ses bienfaits et ses défis. Afin de trouver l’équilibre dans ma vie, j’ai trouvé une chose qui m’aide réellement à me sortir de ma tête. Malheureusement, la seule chose est… l’exercice… eurk.

Détrompez-vous, je considère qu’être active est important et j’ai déjà aimé ça. Lorsque j’étais à l’école, je jouais dans plusieurs sports d’équipe. J’adorais ça. J’étais avec mes amies et j’avais du plaisir. Mais c’est lorsque je suis arrivée à l’université que les excuses ont commencée. Je n’ai pas le temps de faire des exercices, je dois étudier. Je n’ai pas le temps de faire des exercices, je dois aller travailler. Je n’ai pas le temps de faire des exercices, il fait froid dehors. Je crois que je suis devenue la meilleure reine des excuses au monde.

Lorsque mes excuses ne faisaient que m’affecter, j’avais le luxe de m’asseoir confortablement sur le divan et d’écouter la reine. Toutefois, j’ai rapidement compris à quel point il est essentiel de me sortir de ma tête… même si c’était que pour moi. Pourquoi? Je commençais à développer des stratégies malsaines pour tenter de faire face aux histoires troublantes que j’entendais au quotidien. La chose dont je me suis aperçue est que non seulement ces stratégies malsaines n’avaient aucun effet positif sur moi, mais je me sentais pire par la suite.

Je me suis donc demandé : dans le passé, qu’est-ce qui a déjà fonctionné pour moi. Je ne voulais pas me l’admettre, mais la réponse était claire… de l’exercice… eurk. Eh oui, je me sens toujours bien après et je réussis à atteindre mon objectif… me sortir de la tête.

Malheureusement, la reine ne voulait pas sortir de son château si facilement. Il a donc fallu que je lui joue un tour. Les excuses pour ne pas faire des exercices sont infinies, j’ai donc dû faire preuve de créativité. Il a fallu que je me mette des éléments déclencheurs en place afin de m’assurer que la reine n’allait pas gagner.

Avant d’avoir des enfants, je faisais des exercices avec mes amies. Elles étaient mes éléments déclencheurs, ma motivation de sortir de mon appartement. Avec des enfants… la reine s’est développé un tout nouveau répertoire d’excuses pour m’empêcher de m’entraîner : « je ne peux pas faire d’exercice, je n’ai pas de gardienne; je ne peux pas faire d’exercice, je suis trop fatiguée; je ne peux pas faire d’exercice, il est trop tard/tôt ».

J’ai donc dû travailler très fort pour générer de nouvelles idées. Ce que j’ai fini par trouver fut des entraînements en ligne. Ceci a enlevé l’excuse : « je ne peux pas sortir » du répertoire de la reine. Les exercices durent entre 10 et 20 minutes, 3 fois par semaine, ce qui a enlevé l’excuse : « ça prend trop de temps ». Mais tout ceci n’était pas suffisant, même si je savais quels étaient les bienfaits, j’avais de la difficulté à commencer à faire des exercices. Je me suis donc créé une situation qui m’obligeait à faire des exercices.

Voici donc mon élément déclencheur personnel : j’adore prendre un bain en soirée. Pour me rendre à mon bain, je dois traverser ma chambre. Mon déclencheur est bien simple, je fais mes exercices dans ma chambre avant de prendre mon bain. Si simple!

Mon défi pour vous est de réfléchir à ce qui vous fait du bien et faites-le davantage (par jour, par semaine, par mois). Pour vous aider à réussir, pensez à la manière dont vous pouvez jouer un tour à la reine (ou au roi) des excuses en vous créant un élément déclencheur où vous n’aurez pas d’autre choix que de faire cette activité qui vous est bénéfique.

N’oubliez pas d’avoir du plaisir dans le processus!

 

 

Keeping our Compassion Alive: What Works?

by Françoise Mathieu, M.Ed., CCC. 

This post was originally written for the hospice and palliative care website Life & Death Matters (see blog post here in its original form).

resilience-compassion

As a compassion fatigue specialist, I have the privilege of travelling across North America each month, meeting helping professionals of all stripes: nurses, social workers, physicians, police officers, lawyers, and a myriad of others who work in high touch situations with individuals with complex needs.

Sometimes I’m offering a lunchtime keynote, and in other instances a half or full day workshop. During these trainings, participants explore the many-layered challenges of their jobs, exploring their struggles with insufficient resources, inadequate pay, secondary trauma exposure, compassion fatigue and the risks of burnout. Working in this field can be tough when there isn’t enough to go around, and we acknowledge that in our work together.

Understandably, overwhelmed and depleted helping professionals also want solutions when they come to our training and they frequently ask challenging questions: “can we prevent this?”, “What about my workplace, aren’t they responsible for providing a healthy work environment?”, “What can I do when my caseload has doubled in the past three years?”

Read more ›

Calling all champions: Mental Health – Tell me about it!

by Alexandra Fortier, MSW, RSW.

“Calling all champions” is a monthly column by Compassion Fatigue Solutions Associate Alexandra Fortier. The intent is to get your fire started and to get your inner champion moving.  We’d love to hear from you so please weigh in!

For those of you who may know me, or have been at my workshops, you probably know that I don’t like to reinvent the wheel (especially when the wheel works so well) and that I believe that if we put our mind to it, we can accomplish anything.

With the release of their first National mental health strategy, Changing the Direction of Mental Health in Canada, the Mental Health Commission of Canada stated, “There can be no health without mental health”.

Even though this sounds true and it makes sense, how is it that most of us react differently when it comes to physical illness and mental illness?

Have you ever noticed how we receive support by the ton if we have a health scare or if we get injured, but that we can hear crickets from our support system when we are struggling with mental health issues?

The following article written by Larry M. Lake, Comfort Food: No one brings dinner when your daughter is an addict, highlights how a family lives through this exact situation.

I’m sharing this article, as it has been shared with me, to start having conversations around this topic – about the stigma that surrounds mental health, on how we would react in a similar situation, and on how we would like to be supported if this happened in our families.

So… here is the challenge that I am extending to you in the coming week: I challenge you to have at LEAST one conversation about mental health with yourself, a friend, a loved one and perhaps one of your work colleagues.

The goal: let’s all be champions and help to bring to life the saying brought forth by the Mental Health Commission of Canada!

 

 

Appel aux champions: La santé mentale — parlons-en!

Par : Alexandra Fortier, MSW, RSW.

« Appel aux champions » est une série mensuelle écrite par notre associée Alexandra Fortier dans le but de stimuler la conversation et donner vie à vos idées. Bref, l’intention est d’attiser votre enthousiasme et d’activer votre champion intérieur. Nous aimerions connaître vos idées et opinions. Partagez vos réactions avec nous! »

Ceux et celles qui me connaissent ou qui ont participé à mes formations, savent que je n’aime pas réinventer la roue (surtout puisqu’elle fonctionne déjà si bien) et que je crois fondamentalement que lorsqu’on décide quelque chose, nous avons les moyens d’atteindre nos objectifs.

Dans son rapport, Je change les orientations en santé mentale au Canada la Commission de la Santé Mentale du Canada a indiqué « qu’il ne peut pas y avoir de santé s’il n’y a pas de santé mentale. »

Bien que cette citation semble être d’une évidence, comment se fait-il alors qu’une bonne proportion de gens adoptent des réactions différentes devant la maladie physique et la maladie mentale?

Avez-vous déjà remarqué que vous recevez des montagnes d’appui lorsque vous avez des problèmes de santé physique ou que vous avez subi une blessure, mais que lorsque cela vient aux défis liés à la santé mentale, vous pouvez pratiquement entendre des criquets de la part de votre réseau de soutien?

L’article qui suit raconte l’histoire d’une famille qui a eu à vivre exactement cette situation :

Comfort Food : No one brings dinner when your daughter is an addict, par Larry M. Lake (article en anglais seulement)

 Je partage cet article avec vous, comme il m’a été partagé, afin de commencer une discussion à ce sujet, soit : au sujet du tabou qui entoure la santé mentale, de notre propre réaction dans des circonstances similaires, et enfin, de la manière dont on aimerait être appuyé si cela affectait un membre de notre famille.

Donc… voici le défi que je vous lance : cette semaine, je vous invite à avoir AU MOINS une conversation avec : vous-même, votre famille et vos amis, et vos collègues.

Le but : soyons tous des champions et aidons à donner vie à l’expression mise de l’avant par la Commission de la Santé Mentale du Canada!

Le Futur Parfait – Suite

Par Alexandra Fortier, MSS, RSW

« Appel aux champions » est une série de blogues avec  le but de stimuler la conversation, de dépoussiérer vos projets et de donner vie à vos idées. Bref, l’intention est d’attiser votre enthousiasme et d’activer votre champion intérieur. 

girl making a collage copy

Cliquez ici pour lire la première partie

Il y a quelques mois, je parlais au téléphone avec ma sœur et elle me faisait part de plusieurs défis qu’elle vivait, et ce, à de multiples niveaux. Je lui ai demandé si elle en avait assez de toutes ces embuches. Elle m’a presque hurlé OUI! Je lui ai donc lancé un défi : es-tu ouverte à participer dans ton Futur Parfait? Piquée de curiosité, elle a accepté.

Je lui ai demandé de visualiser à quoi ressemblerait son futur parfait. Elle n’a pas été en mesure de me répondre sur le vif, alors je lui ai donné un devoir à faire. Ma sœur est une personne très créative, alors, je lui ai proposé de faire un collage démontrant à quoi ressemblerait son futur idéal si par magie elle se réveillait demain matin et qu’elle se retrouvait dans cette vie parfaite (il y a des gens qui appellent ce collage un tableau de visualisation).

Le lendemain, j’ai fait un suivi avec elle et elle avait vraiment hâte de savoir où nous allions avec cette activité. Je lui ai demandé d’évaluer quel était son état d’esprit envers son défi (je ne lui ai pas demandé de me spécifier quel était le défi qu’elle évaluait). Elle m’a répondu : près de 4. Je lui ai ensuite demandé de quelle manière je saurais si elle était maintenant, magiquement, dans son futur parfait. Elle m’a répondu: « Simplement en me regardant: Je serais en train de sourire; je me tiendrais droite et j’aurais la tête haute; certaines personnes ne me dérangeraient plus, même si elles essayaient, car je serais là où je souhaite être ». « Excellent! Es-tu ouverte à faire semblant que tu te trouves dans ton Futur Parfait maintenant? Tu n’as qu’à agir exactement de la même manière que tu viens de me décrire, même si rien n’a changé ». Elle a accepté mon défi, mais je crois sincèrement qu’elle l’a fait simplement pour me faire plaisir (ou plutôt, pour me prouver que cela ne changerait rien).

Lorsque nous nous sommes parlé à la fin de la journée, elle était tout à fait emballée. Elle a reconnu non seulement qu’elle se sentait mieux, mais que les gens agissaient différemment avec elle. Son test ultime est venu lorsqu’une personne a voulu la provoquer délibérément. Elle se sentait tellement bien, que les provocations de cette personne ne l’ont nullement affectée. À la fin de cette journée, elle se sentait comme un 9.

Le truc en fait est de se créer une nouvelle habitude. En faisant son collage, ma sœur est en train de faire cela. Dorénavant, elle peut se référer à son collage : « Futur Parfait » comme un gentil rappel pour ces journées qui où c’est un peu plus difficile à mettre cette stratégie  en œuvre. Vous pouvez même prendre une photo de votre collage avec votre téléphone et le regarder discrètement de temps à autre pendant la journée.

Voici donc mon défi pour vous cette semaine: choisissez de faire un changement à 1 % (veuillez vous référer à la 1re partie de ce blogue) ou adoptez une attitude Futur Parfait (ou faites les 2 si vous vous sentez un peu compétitif) et appliquez-le à une situation de votre choix.

Gardez l’esprit ouvert et essayez! Vous serez peut-être agréablement surpris!

Calling all champions: Future Perfect

by Alexandra Fortier, MSS, RSW

“Calling all champions” is a column whose aim is to stimulate conversations, get “shelved” projects started and to make your ideas happen. Basically, the intent is to get your fire started and to get your inner champion moving!  

magic wand smaller

Recently, I gave a full day workshop to a group of helping professionals. At one point in this particular workshop, I asked the group:

“Who here knows about the Future Perfect activity”?

All at once, everyone raised their hands. A few even added: “We call it the Magic wand activity”.

“Great”, I say, “Now who uses this activity with their clients?”

All the participants raised their hands.

I asked if this was an activity that had had positive outcomes for their clients.

Again, the group was unanimous: “Yes”.

“Excellent!” I say, “Now who has tried this activity for themselves?”

Only one person raised their hand…

There’s a French expression that sums this up well: Le cordonnier mal chaussé – which, in translation, means – The Poorly Shod Shoemaker. Metaphorically, this means that people will take care of others’ needs before their own.

So what is the Future Perfect activity and how can you do it? Well it’s quite simple.

  1. First, think of a situation that you find difficult and you wish you could change (don’t start with your biggest issue ever).
  2. Now, rate how difficult you feel this situation currently is for you (on a scale from 1 to 10, where 1 is very difficult and where 10 is not difficult at all).

Ok, now the fun part:

  1. Think of what your Future Perfect would look like if that particular situation wasn’t an issue anymore
  2. Now, imagine that you have a magic wand (or a Genie in a bottle with 3 wishes – whatever works for you) and you wake up tomorrow and you are in your Future Perfect!
  3. As an outsider, how would I know that you are in your Future Perfect? How could I tell? What would be different about you? How would you act?

Now what?

  1. If you are at a 4, for example, what can you do, starting now, to get to a 5 tomorrow (this is similar to the 1% change concept). Give yourself small attainable goals to help you reach your Future Perfect.  Very important, celebrate every additional point you achieve!

Or

  1. Act as though you are in your Future Perfect now! Have the attitude, the stance, the smile, etc. – See how you feel afterwards and notice how people react.

What’s great about this strategy is you can apply it to any situation you choose, be it work related or personal.

 

Next week, in part 2 of this post, I’ll share with you an example of how this works through my sister’s experience with the strategy (no worries, I have her permission to share!).

See you next week!

Appel aux champions: Le futur parfait

Par Alexandra Fortier, MSS, RSW

« Appel aux champions » est une série de blogues avec  le but de stimuler la conversation, de dépoussiérer vos projets et de donner vie à vos idées. Bref, l’intention est d’attiser votre enthousiasme et d’activer votre champion intérieur. 

magic wand smaller

Récemment, j’ai offert un atelier d’une journée à un groupe de professionnels de la santé et des services sociaux. Lors de la journée, j’ai demandé au groupe s’ils étaient familiers avec l’activité du Futur Parfait? Du coup, tout le groupe a levé la main. Ils ont même ajouté qu’ils appellent cette activité La baguette magique.

« Super », je m’exclame. « Qui parmi vous utilisez cette activité avec vos clients? » À nouveau, tous les participants ont levé la main.

« Est-ce que vous considérez que cette activité amène des résultats favorables à vos clients? »

De façon unanime, ils m’ont répondu : « Oui! »

« Excellent », je réponds, « maintenant, qui a essayé soi-même cette activité? »

Seulement une personne a levé sa main…

Cette situation se résume très bien par l’expression : Le cordonnier mal chaussé – Ce qui veut essentiellement dire qu’une personne va s’occuper des besoins d’autrui avant de s’occuper des siens.

Alors, qu’est-ce que l’activité Futur Parfait et comment la faire? Eh bien, c’est assez simple.

  1. D’abord, pensez à une situation que vous trouvez difficile et que vous aimeriez voir changer (note : ne commencez pas avec le plus grand défi de votre vie).
  2. Maintenant, évaluez à quel point cette situation est difficile pour vous en ce moment (sur une échelle de 1 à 10, où 1 est très difficile et où 10 n’est pas du tout difficile).

Maintenant la partie amusante :

  1. Pensez à quoi ressemblerait votre Futur Parfait si cette situation particulière n’était plus un défi pour vous
  2. Maintenant, imaginez que vous avez une baguette magique (ou un génie qui vous donne 3 vœux… cela n’a pas d’importance, en autant que cela fonctionne pour vous) et vous vous réveillez demain et vous retrouvez maintenant dans votre Futur Parfait!
  3. En tant qu’observateur, comment est-ce que je saurais que vous êtes maintenant dans votre Futur Parfait? Qu’est-ce qui serait différent? Comment est-ce que vous agiriez?

Enfin :

  1. Si vous êtes à un 4 par exemple, que pouvez-vous faire, dès maintenant, pour vous rendre à un 5 demain (ceci est similaire au concept du changement à 1%)? Donnez-vous de petits objectifs réalisables pour vous aider à atteindre votre Futur Parfait. Il est très important de célébrer tous les points additionnels que vous réussissez!

Ou bien:

  1. Agissez dès maintenant comme si vous vous retrouvez déjà dans votre Futur Parfait! Adoptez l’attitude, la posture, le sourire, etc. Remarquez de quelle manière vous vous sentez par la suite et de quelle manière les gens agissent envers vous.

Ce qui est bien avec cette activité, c’est que vous pouvez l’appliquer à n’importe quelle situation que vous désirez, que ce soit lié au travail ou à votre vie personnelle.

Dans la 2ème partie de ce blogue, la semaine prochaine, je vais vous donner un exemple de comment se servir de cette activité et ce, par l’entremise de l’expérience de ma sœur (n’ayez crainte, ma sœur m’a donné la permission de partager son histoire!).

À la semaine prochaine!